Glyphosate Facts

Transparency on safety aspects and use of glyphosate-containing herbicides in Europe

Menu
Search

Réponse du Groupe de travail sur le glyphosate à l’étude du professeur Séralini

Une étude conduite par une équipe universitaire française sous la direction de Gilles-Éric Séralini a été présentée lors d’une conférence de presse en septembre 2012. Les chercheurs ont revendiqué avoir découvert des effets négatifs sur la santé, dont le développement de tumeurs et une survie écourtée, chez des rats de laboratoire nourris avec un régime contenant un herbicide à base de glyphosate et du maïs NK603 génétiquement modifié.

De nombreux chercheurs ont examiné cette étude et exprimé leurs doutes et leurs critiques quant à sa validité. Leurs commentaires publiés sont accessibles par les liens indiqués ci-dessous.  
En bref, beaucoup de chercheurs considèrent que cette étude ne remplit pas les normes minimum acceptables pour ce type de recherche scientifique, que les résultats ne sont pas justifiés par les données présentées, et que les conclusions ne sont pas pertinentes pour une évaluation de l’innocuité.

Des problèmes fondamentaux au niveau de la conception de l’étude ont été découverts par les toxicologues et les spécialistes en santé publique.
Des informations expérimentales essentielles sur la manière dont cette recherche a été conduite sont absentes, et les données présentées ne justifient pas les interprétations de l’auteur. Parmi les principales insuffisances, citons :

  • Le protocole de recherche n’est pas conforme aux normes de l’OCDE.
  • La source et la qualité du maïs génétiquement modifié utilisé ne sont pas claires.
  • Des précisions essentielles  concernant la préparation du régime et l’apport alimentaire journalier sont absentes.
  • Absence notoire de données relatives aux affirmations sur l’histopathologie du foie et des reins, les tests de la fonction hépatique et l’activité du cytochrome.
  • Manque de toute analyse statistique pour les résultats finaux de mortalité ou d’incidence de tumeurs.
  • Pour tous les groupes, les taux de mortalité et d’incidence de tumeurs se situent dans les normes historiques pour cette souche de rats de laboratoire, connue pour son incidence élevée de tumeurs.
  • Les données présentées sont très sporadiques, utilisant différentes méthodes pour les animaux mâles et femelles, qui sont insuffisantes pour justifier des conclusions qui ont été tirées.
  • Tout au long de l'étude, il y a un manque de relation entre doses et effets.

De multiple études longitudinales sur des animaux et in-vitro, effectuées pendant les 35 années passées ont démontré que le glyphosate ne cause pas de cancer ni de tumeurs, et qu’il n’est pas non plus un perturbateur endocrinien. L’étude conduite par Séralini et ses collègues ne fournit pas d’informations qui remettent en question les évaluations sécuritaires approfondies conduites sur des herbicides à base de glyphosate.

 

Commentaires de chercheurs internationaux et d’organisations scientifiques :

Statement of the European Food Safety Authority (EFSA) (en anglais seulement)

Expert reaction to GM maize causing tumours in rats (en anglais seulement)

PRRI: Q&A – Seralini et al 2012 (en anglais seulement)

PRRI: Flawed research should not be used for political agendas. (en anglais seulement)

VIB exceptionally sceptical about the Séralini research (en anglais seulement)

Study linking GM crops and cancer questioned (New Scientist, en anglais seulement)

Comments from the Association of German Biologists (Verband deutscher Biologen,en allemand seulemen)

Last update: 27 November 2013