Glyphosate Facts

Transparency on safety aspects and use of glyphosate-containing herbicides in Europe

Menu
Search

Réponse du Groupe de travail sur le glyphosate à l’étude publiée dans le journal Entropy

(© iStockphoto.com/ Mark Stay)

Un article publié en avril 2013 dans la revue de physique Entropy affirme qu’il existe un lien entre le glyphosate et de nombreuses maladies, parmi lesquelles l’autisme, la maladie d’Alzheimer, l’obésité, l’anorexie mentale, la maladie du foie, des troubles de la reproduction et du développement, ainsi que le cancer. Les auteurs ne présentent aucune donnée nouvelle et développent une hypothèse basée sur la spéculation, associant des faits et des suppositions provenant de différents domaines des sciences biomédicales, qui brosse un tableau dénué de toute base scientifique.

Les auteurs, Anthony Samsel et Stephanie Seneff, ont d’étroites relations avec la communauté de ceux qui militent contre les plantes génétiquement modifiées (PGM). Samsel se décrit lui-même comme aidant de façon bénévole « ceux qui sont victimes des pollueurs industriels » ; il est membre de l’Union of Concerned Scientists (Union des scientifiques inquiets), un groupe militant anti-PGM bien connu. Seneff est affiliée à la Weston Price Association, une fondation qui soutient l’agriculture biologique et biodynamique et leurs activités associées.

La publication d’un article relatif à la biologie dans une revue de physique est très inhabituelle, et une évaluation pertinente par des pairs compétents dans les domaines de la biologie et de la médecine fait défaut.

L’article rassemble de nombreuses observations pour proposer un lien de causalité entre le glyphosate et ces diverses questions sanitaires. Bon nombre des observations individuelles relevées sont discutables, incorrectes, ou mal établies. Aucune des associations à une maladie n’est justifiée par des essais toxicologiques, des expérimentations, ou par des observations existantes associant l’exposition au glyphosate à ces maladies dans les populations humaines.

En bref, les auteurs ont avancé une série d’affirmations hautement hypothétiques en l’absence de toute association observable et probante. Même si l’on acceptait que cette approche spéculative ait une valeur scientifique, les auteurs choisissent d’être très partiaux et ne prennent pas en compte d’autres liens hypothétiques de causalité.

Plus d'informations

Last update: 27 November 2013