Glyphosate Facts

Transparency on safety aspects and use of glyphosate-containing herbicides in Europe

Menu
Search

Glyphosate dans l'urine humaine : le BfR confirme l'absence de danger pour la santé

Une nouvelle étude effectuée par l'Institut fédéral allemand d'évaluation des risques (BfR) confirme que les résidus de glyphosate dans des échantillons d'urine humaine ne posent aucun risque pour la santé. © Eisenhans - Fotolia.com Dans un examen critique de sept études1, le BfR a trouvé que dans ces publications, les estimations de l'exposition en résultant étaient significativement inférieures à la « dose journalière admissible » (DJA)2ou au « niveau acceptable d'exposition pour l'opérateur » (NAEO)3 du glyphosate. Les niveaux DJA et NAEO représentent la quantité maximale d'une substance à laquelle un individu peut être exposé (par contact ou ingestion/inhalation) sans causer d'effets nocifs, avec un important facteur de sécurité.

Deux des études examinées (Acquavella et al. et Mesnage et al.) se concentraient essentiellement sur les agriculteurs, un groupe naturellement plus fréquemment soumis à une exposition aux produits de protection des plantes que les consommateurs ordinaires. Même dans ces cas, le taux d'exposition maximal ne s'élevait qu'à 8,3 % du NAEO (Acquavella et al.) et 0,4 % du NAEO (Mesnage et al.) respectivement.

Dans l'étude de Krüger et al. de 2014, la concentration maximale de glyphosate trouvée dans les échantillons d'urine correspondait à une ingestion de glyphosate inférieure aux 0,2 % de la DJA, d'après les calculs de l'évaluation du BfR.

Une autre publication largement débattue examinée par le BfR émanait des Amis de la terre. 182 échantillons d'urine provenant de 18 pays européens (6 à 12 participants de chaque pays) avaient été analysés. Les évaluateurs du BfR ont critiqué l'étude, à cause du nombre limité d'échantillons et l'absence d'informations adéquates relatives aux participants de l'étude (tels que l'âge, le sexe, le poids corporel, le milieu social, l'origine de milieux urbains ou ruraux et les habitudes alimentaires). Le BfR a mis en valeur des problèmes liés à la façon dont les participants ont été recrutés, indiquant que l'étude était loin d'être représentative. Cependant le point le plus crucial reste que la concentration maximale de glyphosate trouvée dans ces échantillons d'urine correspondait à une ingestion de glyphosate inférieure à 0,1 % de la DJA.

Dans sa conclusion, le BfR a noté que des résultats positifs du glyphosate dans l'urine humaine sont assez courants et qu'ils peuvent résulter d'une exposition professionnelle ou résidentielle, d'une ingestion alimentaire ou des deux. La principale conclusion à retenir de cette évaluation est que « aucune des valeurs mesurées, même les plus élevées, ne posaient de problème pour la santé. Les expositions calculées pour l'homme étaient inférieures d'au moins un ordre de grandeur à la DLA et à la NAEO, mais le plus souvent de deux ordres de grandeur ou plus. »

 

Niemann L, et al (2015), A critical review of glyphosate findings in human urine samples and comparison with the exposure of operators and consumers. dans le Journal für Verbraucherschutz und Lebensmittelsicherheit, (January 8, 2015), DOI : 10.1007/s00003-014-0927-3.

1 Acquavella et al. (2004); Curwin et al. (2007); Mesnage et al. (2012); Hoppe (2013); Markard (2014; unpublished report); Krüger et al. (2014); Honeycutt and Rowlands (2014)

2 0,5 mg par kg de poids corporel “acceptable daily intake”

3 0,1 mg par kg de poids corporel et par jour « acceptable operators exposure level

Plus d'information:

Last update: 04 March 2015