Glyphosate Facts

Transparency on safety aspects and use of glyphosate-containing herbicides in Europe

Menu
Search

L’EFSA répond aux critiques sur le processus de réévaluation du glyphosate

Le 13 janvier dernier, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a répondu point par point aux critiques formulées sur l'évaluation scientifique par l'UE du glyphosate, substance active couramment utilisée dans les désherbants.

Une « lettre ouverte de 96 scientifiques » avait en effet été envoyée le 27 novembre 2015 au commissaire européen pour la santé et la sécurité alimentaire, qui soulevait des objections concernant le processus adopté et les conclusions de l'évaluation menée par l'EFSA. Les auteurs s’interrogaient notamment sur les divergences des conclusions du Centre international de recherche contre le cancer (CIRC) – qui a classé en mars 2015 le glyphosate dans la catégorie des « cancérogènes probables » – et de l’EFSA, dont l’évaluation est parvenue à un résultat opposé quelques mois plus tard.

Dans sa réponse détaillée, le directeur exécutif de l'EFSA Bernhard Url rappelle quelques éléments de base :

  • Les examens des études par l’EFSA et par le CIRC ne doivent « pas être comparés », celui du CIRC étant « une première évaluation » tandis celui de l'EFSA constitue une « évaluation exhaustive du risque ».
  • Le glyphosate n'est pas la première substance à ne pas être classée de la même manière par le CIRC et l’EFSA. Cela s’explique par les méthodologies fondamentalement différentes des deux agences.
  • Le CIRC a étudié certaines formulations de produit, alors que l’évaluation de l’EFSA a porté spécifiquement sur la substance active glyphosate, conformément à la législation européenne. Dans l’UE, ce sont en effet les Etats membres qui évaluent la sécurité des formulations de pesticides utilisés sur leur territoire respectif, et ce dans un deuxième temps.

Bernhard Url s’étonne également des accusations de manque de transparence portées contre l’EFSA, alors même que tous les documents relatifs à l’évaluation du glyphosate (environ 6.000 pages) ont été rendus publics sur le site internet de l’Autorité. Parmi ceux-ci, les réponses exhaustives des évaluateurs européens à la consultation publique, ainsi que les 29 contributions soumises par diverses parties prenantes allant des Etats membres aux ONG environnementales intéressées.

Enfin, ces documents publics montrent de manière précise comment les études - dont celles soumises par l’industrie - ayant été retenues pour l’évaluation ont été passées en revue et validées. Ils permettent ainsi de comprendre pourquoi les évaluateurs de 27 des 28 Etats membres sont arrivés à la conclusion qu’il est improbable que le glyphosate présente un danger cancérogène pour l'homme.

Rappelons que le CIRC expliquait lui-même, de manière très cohérente avec les propos de Bernhard Url, que « sa classification [du CIRC sur la cancérogénicité] indique (…) si une substance est capable de causer le cancer (le mot technique est « danger »), mais il ne mesure pas la potentialité d’apparition du cancer (appelé techniquement « risque »), résultat d’une exposition à cette substance. »  

Voir sur le site de l’EFSA (en anglais) :

Voir sur le site du CIRC (en anglais) :

Last update: 21 January 2016