Glyphosate Facts

Transparency on safety aspects and use of glyphosate-containing herbicides in Europe

Menu
Search

Retrait de la vente en libre-service des produits phytosanitaires depuis le 1er janvier 2017 dans les jardineries

Dans le cadre de la loi sur la transition énergétique du 17 août 2015, la vente en libre-service de produits phytosanitaires aux amateurs n’est plus autorisée depuis le 1er janvier 2017.

Dans un communiqué paru le 4 janvier 2017, le ministère de l’Environnement rappelle que la mesure a été prise dans l’objectif de «garantir la délivrance d’un conseil adapté». Les désherbants à base de glyphosate font donc partie des produits qui seront fournis sur demande dans les jardineries et dans les magasins de la grande distribution, accompagnés d’une recommandation personnalisée.

Le groupe de travail sur le glyphosate tient à souligner que la mesure prévue par la loi sur la transition énergétique ne concerne pas spécifiquement la substance active glyphosate mais tous les produits phytosanitaires sans distinctions.

Par ailleurs, dans son rapport d’évaluation du glyphosate publié en novembre 2015, l’EFSA a affirmé que ce désherbant n’était pas cancérogène, mutagène ou reprotoxique. L’EFSA a pris en compte une vaste quantité de sources scientifiques publiques et privées, parmi lesquelles le rapport du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) classant le glyphosate parmi les «cancérogènes probables», à l’instar de produits de consommation courante comme la viande rouge.

En France, les conclusions de l’EFSA ont été validées en février 2016 par l’ANSES, qui a confirmé que le glyphosate n’était pas un cancérogène probable et qu’il était «peu probable que le glyphosate ait un effet potentiel sur la perturbation endocrinienne».

Ces conclusions scientifiques sont similaires à toutes les expertises réalisées depuis 40 ans par toutes les agences scientifiques publiques nationales et internationales.

 

Pour en savoir plus :

 

Last update: 09 January 2017