Glyphosate Facts

Transparency on safety aspects and use of glyphosate-containing herbicides in Europe

Menu
Search

Campagne publicitaire d’un distributeur sur le glyphosate : quelques clarifications s’imposent !

Début janvier, un distributeur a ciblé, dans une campagne de communication diffusée dans la presse quotidienne, 90 substances dites « controversées » dont le glyphosate.

Ce distributeur a « annoncé » qu’il s’engageait à ne plus vendre de glyphosate et qu’à terme, il ne commercialiserait plus que des produits de « biocontrôle » et des phytosanitaires UAB (Utilisables en Agriculture Biologique).

Le Groupe de travail sur le glyphosate rappelle que ce distributeur ne fait « qu’anticiper » une disposition de la loi transition énergétique qui prévoit que les particuliers ne pourront plus acheter aucun produit phytosanitaire – et donc plus de glyphosate - à compter du 1er janvier 2019.

Par ailleurs, et contrairement à ce que la campagne laisse entendre, la sécurité du glyphosate est rigoureusement évaluée d’un point de vue sanitaire comme environnemental, avec plus de 40 ans de recherches scientifiques. L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a confirmé en 2015 que le glyphosate n’était pas cancérogène, mutagène ou reprotoxique. Des conclusions validées en France par l’ANSES dans son avis du 9 février 2016.

Rappelons enfin qu’un sondage récent indique que 81% des agriculteurs français sont hostiles au retrait du glyphosate. 92 % affirment qu’ils appliqueraient des traitements herbicides supplémentaires si le glyphosate venait à être interdit (plus de matières actives par hectare) et 66% auraient davantage recours au labour (dégradation des sols et hausse de la consommation d’énergie fossile).

En somme, la « bonne volonté » affichée par ce distributeur est très éloignée des réalités réglementaires, sanitaires, environnementales et économiques liées au glyphosate.

Pour en savoir plus :

 

Last update: 12 January 2017